Quelques témoignages d’anciens du master MCE

 

Quel a été l’apport du Master Marketing et Communication des Entreprises par rapport à la définition de votre projet professionnel ?

Après plusieurs expériences et formations en journalisme, multimédia et communication, j’étais intéressée par tout ! Le Master MCE m’a permis de préciser mon projet et de l’adapter à la réalité du marché professionnel. Je reste passionnée par la communication de manière générale, et j’ai encore envie d’apprendre de nouveaux aspects de ce domaine. Le métier de chef de projet me permet de travailler sur des thématiques différentes, en collaboration avec des profils complémentaires.

Qu’avez-vous retiré de votre expérience de l’apprentissage en alternance ?

La fin des études supérieures est une période charnière, où on passe du statut d’étudiant à celui de professionnel. C’est avec une certaine inquiétude qu’on envisage de chercher un emploi, surtout dans un contexte d’embauche difficile pour les jeunes diplômés. Terminer mon cursus universitaire en alternance m’a permis d’anticiper sur cette transition : de développer mon autonomie au travail tout en bénéficiant de l’appui de professeurs, d’un encadrement. Cette organisation est idéale pour s’affirmer en tant que professionnel, et est très positivement perçue par les employeurs.

Comment envisagez-vous votre évolution professionnelle ?

Actuellement chef de projet Web dans une agence interactive à Paris, je m’écarte de la voie « habituelle », et je pars pour Montréal le 1er mars. Avant de m’établir quelque part, et de faire évoluer ma carrière, je souhaite envisager une autre perspective. La communication est à l’heure de la mondialisation, et partir à l’étranger est à mon avis un bon moyen de s’ouvrir à cette dimension.

Votre conseil pour les futurs candidats au Master ?

L’apprentissage est un élément-clé de la formation, et de la définition de votre profil professionnel. C’est une bonne opportunité d’apprendre sur le terrain, et de faire vos preuves dans le monde actif. Que vous trouviez un poste dans une grande entreprise ou dans une PME, en marketing ou en communication, peu importe. Cette expérience est avant tout ce que vous en faites, et il vaut mieux pouvoir valoriser ce qu’on a fait que où on l’a fait.

 

Yassine Belfkih (promo 2008-2009)

co-fondateur de Lagencemedia

Quel a été l’apport du Master Marketing et Communication des Entreprises par rapport à la définition de votre projet professionnel ?

Après plusieurs expériences et formations en journalisme, multimédia et communication, j’étais intéressée par tout ! Le Master MCE m’a permis de préciser mon projet et de l’adapter à la réalité du marché professionnel. Je reste passionnée par la communication de manière générale, et j’ai encore envie d’apprendre de nouveaux aspects de ce domaine. Le métier de chef de projet me permet de travailler sur des thématiques différentes, en collaboration avec des profils complémentaires.

Qu’avez-vous retiré de votre expérience de l’apprentissage en alternance ?

La fin des études supérieures est une période charnière, où on passe du statut d’étudiant à celui de professionnel. C’est avec une certaine inquiétude qu’on envisage de chercher un emploi, surtout dans un contexte d’embauche difficile pour les jeunes diplômés. Terminer mon cursus universitaire en alternance m’a permis d’anticiper sur cette transition : de développer mon autonomie au travail tout en bénéficiant de l’appui de professeurs, d’un encadrement. Cette organisation est idéale pour s’affirmer en tant que professionnel, et est très positivement perçue par les employeurs.

Comment envisagez-vous votre évolution professionnelle ?

Actuellement chef de projet Web dans une agence interactive à Paris, je m’écarte de la voie « habituelle », et je pars pour Montréal le 1er mars. Avant de m’établir quelque part, et de faire évoluer ma carrière, je souhaite envisager une autre perspective. La communication est à l’heure de la mondialisation, et partir à l’étranger est à mon avis un bon moyen de s’ouvrir à cette dimension.

Votre conseil pour les futurs candidats au Master ?

L’apprentissage est un élément-clé de la formation, et de la définition de votre profil professionnel. C’est une bonne opportunité d’apprendre sur le terrain, et de faire vos preuves dans le monde actif. Que vous trouviez un poste dans une grande entreprise ou dans une PME, en marketing ou en communication, peu importe. Cette expérience est avant tout ce que vous en faites, et il vaut mieux pouvoir valoriser ce qu’on a fait que où on l’a fait.
Marie Kuter (promo 2005-2006)

Consultante / Chef de projet Web , Extrême Sensio

Quel a été l’apport du Master par rapport à la définition de votre projet professionnel ?

Mon expérience au Master II en Marketing et Communication des entreprises de Panthéon-Assas a eu sans aucun doute une énorme influence positive sur les développements de mon parcours professionnel.

Je venais d’une formation trop orientée “secteur public” et j’avais envie de me tourner vers le monde de l’entreprise. Cela n’aurait pas été si simple sans cette année de spécialisation, à la fois pour les enseignements, très pertinents et très « professionnels » (cas pratiques, professeurs qui sont pour la plus part des professionnels de haut niveau dans différents domaines d’activité), mais aussi et surtout pour l’expérience de l’année en alternance, que j’ai eu la chance d’effectuer chez Ubifrance, l’Agence Française pour l’Internationalisation des Entreprises. Une année, donc, à la fois en continuité avec mes expériences précédentes et d’ouverture vers le monde de l’entreprise, dans le quel je travaille maintenant et depuis mon diplôme. Une bonne transition, qui m’a permis de capitaliser sur mes acquis et d’apprendre énormément.

Qu’avez vous retiré de votre expérience de l’apprentissage en alternance ?

C’était une année très dense, qui m’a beaucoup appris, aussi bien en compétences qu’en organisation du travail. Gérer des semaines avec 3 jours en entreprise et 3 jours en cours, plus le travail personnel et en groupe pour l’école, plus les soirée de babysitting et (tout de même) un peu de vie privée… c’était un bon entrainement pour la « vie réelle » en entreprise, notamment dans un poste très varié en responsabilités comme celui que j’occupe actuellement chez BNP Paribas. Ce genre d’expériences sont sans doute facilement valorisables lors d’un entretien d’embauche ou de mobilité et peuvent faire la différence.

Comment envisagez votre évolution professionnelle ? 

Après l’année d’alternance chez Ubifrance et quatre ans au Cash Management de BNP Paribas en tant que chef de projet pour l’intégration d’une banque qui venait d’être acquise, puis chargée de promotion des ventes dans un département marketing du même domaine, je suis finalement arrivée à la communication il y a 3 ans et demi, dans le cadre d’une mobilité interne. Toutes les expériences précédentes m’ont été utiles pour arriver au poste actuel, mêmes les stages en ambassade de ma période « secteur public », de laquelle je voulais m’éloigner. Tout a pris du sens.

En 3 ans j’ai pu passer de chargée de communication à responsable adjointe de la communication interne d’un pole de la Banque qui regroupe les filiales dans les pays en dehors de la zone euro. Etant moi même étrangère et ayant toujours axé mes expériences de formation et de travail ver l’international, je me sent finalement à ma place.

J’ai en outre commencé à gérer une petite équipe, j’encadre deux alternants et j’adore mes nouvelles fonctions de tutrice. Ca me rappelle ma période d’alternance aux temps du Master. J’ai beaucoup appris de ma tutrice et de mes collègues à l’époque et j’adore « donner » à mon tour.

Pour mon évolution professionnelle, j’envisage donc de rester dans le domaine de la  communication à l’international et manager une équipe.

Vos conseils pour les futurs candidats ? 

J’en ai deux : le premier est pour la candidature, le deuxième pour la suite de leur parcours professionnel, dans lequel le Master s’insère.

Avoir un projet de vie en tète est fondamental. J’ai participé aux entretiens de sélection en tant que membre du jury et je peux vous dire que ceux qui n’ont pas bien en tête que le Master est un moyen et pas une fin en soi, ont des faibles chances de passer. Il faut toujours penser à moyen terme. Même si après les programmes changent en cours de route.

Et pour après, une fois le diplôme en poche (ou attaché au mur), soyez humbles. Un diplôme de BAC+5 n’est pas un certificat d’omnipotence, notamment dans le monde de l’entreprise, il y a toujours à apprendre. J’ai travaillé quatre ans dans des postes qui n’étaient pas en ligne avec ce pour lequel j’avais étudié, mais j’ai fait ça avec bonne volonté, curiosité, envie d’apprendre et de faire au mieux. Ces postes m’ont beaucoup appris et maintenant je suis beaucoup plus légitime dans mes fonctions actuelles que si j’avais refusé et dit « ah non, je veux faire de la communication, sinon rien ». Tous les chemins mènent à Rome, et les moins directs sont souvent les plus enrichissants.
Je vous souhaite à tous une bonne chance et beaucoup d’humilité. A vous de jouer maintenant !

Irène Bordin (promo 2006-2007)

Responsable adjointe communication interne, BNP

 

 » J’ai fait appel aux responsables de mes précédentes expériences professionnelles avant de donner ma réponse définitive pour intégrer le Master 2 Marketing et Communication des entreprises. Leur réponse a été unanime : un grand oui ! Cette formation a une réelle valeur sur le marché de l’emploi !

Lucile Lo Iacono (promo 2016-2017)

En apprentissage chez BPI France